« Attends, laisse-moi consulter mon agenda… »

Savoir se faire désirer est indispensable en séduction. L’objectif : intéresser la cible sans l’envahir. Et par cible j’entends bien sûr celui sur lequel vous avez flashé et vers qui toutes vos pensées se tournent, vers qui toute votre énergie est concentrée en terme de plans foireux.

J’ai vu trop filles autour de moi qui pensent que se montrer pleinement disponible et à disposition de leur cible, voire complètement collante, est une technique de séduction. Faux: c’est une technique d’amitié (et encore) complètement contre-productive sur le plan de la séduction. Abordons quelques exemples de situations concrètes pour illustrer ce propos.


Premiers appels : une conversation brève, efficace, et sur son initiative

Concernant la communication au téléphone ou via internet, les premières conversations avec la cible doivent se faire de préférence sur son initiative. Si vous avez choisi de prendre les devants pour diverses raisons, restez sympathiquement brève (ça se compte en minutes et à l’unité – une heure c’est bon pour votre meilleure amie). Dans tous les cas, clore la conversation la première et assez vite envoie ce message : « j’ai d’autres occupations que courir après un mec, je ne suis pas une désespérée de l’amour ». Et ne croyez surtout pas qu’être désespérée a un côté charmant. Bridget Jones est une fiction naïve et surréaliste : aucun mec ne flashe sur une fille empotée, qui s’empiffre de glace en pleurant sur son sort sous sa couette, de façon assez pathétique – ou alors il recherche un animal de compagnie, genre chiot attachant aux yeux larmoyants.

La disponibilité dosée : une attitude qui suscite sa demande « Je veux te voir »

Être en demande de sa présence est hors de question, surtout en phase d’approche de cible. C’est lui qui doit être en demande, et s’estimer chanceux lorsque vous trouvez une place dans votre programme d’activités ! « Pourquoi on ne peut pas être honnête? C’est plutôt positif de souhaiter la compagnie de l’autre » s’étonneront certaines idéalistes au cœur tendre. Si vous pensez ainsi vous serez vite reléguée dans le cercle des bonnes amies (ou celui des bonnes poires).

Les hommes qui nous entourent ont été élevés dans la conviction qu’il faut conquérir le cœur de leur belle: c’est une conquête, avec des obstacles qu’ils surmonteront héroïquement (vous leur ferez croire). Si le travail est mâché et que tout est acquis, donné et rien à conquérir, quel intérêt? Le goût d’une victoire facile est bien trop fade. Ne soyez donc pas arrangeante en voulant décaler ou annuler d’autres rendez-vous pour lui faciliter la vie, à moins d’être saturée pendant trois semaines! En parallèle restez agréable, souriante. Si une attitude de refus et de froideur feinte est accompagnée d’un visage fermé, cela peut être interprété comme du mépris. Ce sourire est un indice et un encouragement qui adoucie le refus : la forme rattrape le fond, et ils persistent donc.

Le message à faire passer dans cette attitude gentiment distante est : « j’apprécie ta compagnie, mais tu n’es pas ma priorité ». Votre cible ne doit pas avoir l’impression d’être une priorité dans votre vie, surtout si vous n’êtes pas encore ensemble! Il doit s’apercevoir que vous êtes cette femme équilibrée dont il rêve, avec des centres d’intérêts et des occupations, ainsi que des amis. Ne pas être trop facilement disponible, trop vite accessible, envoie un message de vie équilibrée, de fille intéressante qui ne l’envahira pas.

L’homme de base déteste trois choses (entre autres) : la critique, l’invasion, le hurlement hystérique lors d’une dispute. La critique l’agace. L’invasion l’effraie. Le hurlement le crispe.

Les sorties : un comportement de liberté pour vous comme pour lui

Une fois en sa présence, beaucoup d’indices peuvent dévoiler les sentiments qui brûlent en vous à une cible assez observatrice. Usez de prudence et de stratégie.

Si vous êtes au sein d’un groupe d’amis, distribuez intelligemment votre temps entre les personnes qui sont là, et la cible doit avoir droit à moins de temps que les autres et la même considération (eh oui : se faire désirer c’est un job, que dis-je, un art). La même considération c’est à dire que vous n’êtes pas en train de baver sur ses chaussures, contrairement à l’instant ou vous parliez à Jessica sa meilleure amie, en regardant ailleurs (vers lui?). La différence de temps doit être assez flagrante car personne ne vous chronomètrera à la minute près. Il faut le laisser sur sa faim en s’éclipsant en moment opportun (une fin de phrase, un blanc) et revenir vers le groupe auprès d’une autre personne. Une conversation courte c’est aussi plus pratique pour éviter toutes sortes de gaffes dues à la nervosité ou de longs silences gênants qui laissent à penser que vous avez la tête vide.

Si c’est une sortie en tête à tête, restez à une distance raisonnable, soyez détachée et n’ayez pas tendance à le suivre, le « coller », dans ses moindres pas ou le fixer. Évitez d’être tactile, ou très peu. Montrez-vous autonome, libre et ne tentez pas de combler chaque blanc de conversation (surtout pour dire tout et n’importe quoi). C’est important de ne pas « envahir » l’espace vital de l’autre dans les premiers rendez-vous, aussi bien physiquement que verbalement.

——-

Que dire lors des premiers rendez-vous?

Ces fameux propos ne doivent pas être empreints d’une foule de compliments ou d’un regard de loveuse ! Il est bien vu d’être un minimum admirative, ce qui flatte tout ego, mais pas au point de débiter la liste des qualités que vous lui trouvez: il faut laisser une part de doute planer. Sinon quelles questions aura-t-il à se poser en votre absence?

Niveau bavardage, il est préférable de le laisser s’exprimer un maximum et de se faire plus silencieuse que vous ne l’êtes habituellement (sauf si vous êtes déjà une carpe). Invitez-le à parler de lui et profitez-en pour mieux le connaître, sans en faire un questionnaire. On préfèrera la jolie muette à la belle bavarde : elle soule moins et écoute plus. Attention à ne pas paraître molle pour autant : pour cela, réagissez à ce qu’il dit (une phrase suffit, plus s’il vous invite à développer et semble fan de grands débats – j’en connais comme ça…).

La plupart d’entre eux cherche, parait-il, l’inverse d’une fille chiante c’est à dire qui semble paisible, douce, gentille. C’est un peu comme ces femmes qui prétendent vouloir un homme attentionné et sensible alors qu’elles tombent de façon inexpliquée sous le charme de certains ours pas si fins… c’est une croyance, pas une réalité. Donc faites-en sorte de l’apaiser en parlant peu mais bien.


Riez à ses plaisanteries, plutôt qu’aux vôtres !

Oubliez l’humour façon pitre et mimiques : jouer à la Florence Foresti c’est pour se faire un bon pote, pas un amant. Il va bien rire, vous trouver géniale car vous lui faite penser à Fred son meilleur pote, par contre il ne vous visualisera plus vraiment comme une femme (à moins de ressembler à Adriana Karembeu bien sûr).

Souvent les femmes les plus drôles ne sont plus perçues comme des objets de désir, parce que dans l’esprit collectif l‘humour est une sorte de caractéristique masculine. Ainsi, la séduction par l’humour est plutôt une technique pour les hommes, qui sont enchantés lorsqu’on rit à leurs plaisanteries. A côté, la séduction féminine est plutôt basée sur le visuel et l’état d’esprit.

Bref, en séduction ils n’aiment pas vraiment qu’on soient plus drôles qu’eux, ils préfèrent le découvrir ensuite! En plus, l’humour féminin est souvent basé sur de l’auto-dérision, ce qui décridibilise vos atouts de séduction. Si vous y tenez, il vous reste les traits d’esprit bien placés, qui charment beaucoup les intellectuels et contribuent à vous rendre élégante.


Trouver le juste équilibre entre une distance symbolique de l’indépendance et cette proximité qui invite à l’intimité est la seconde règle d’une bonne séductrice. Bonne chance les filles !

Ly

, , , , , , ,

  1. #1 par lily le mars 26, 2010 - 11:43

    C’est tellement dense un info ce post, que je passe et repasse dessus depuis une semaine pour bien tout capter ! Merci 😉

  2. #2 par Ly le mars 27, 2010 - 8:42

    Merci pour le comm’ c’est trop sympa ! J’ai cru que j’avais un peu dépassé les bornes avec ce post sur sujet sensible.
    « C’est quoi cette catégorisation des hommes et des femmes? Pourquoi généraliser? Et puis d’abord t’es qui pour donner des conseils ? etc… » je m’attendais plutôt à ce type de réactions.
    Oui c’est vrai que c’est dense et un peu long. J’ai hésité à scinder mais je ne voyais pas trop comment, donc j’ai tout mis sur l’art de se faire désirer selon moi. J’espère que ça te sera utile en tout cas 😉

  3. #3 par lily le mars 29, 2010 - 10:47

    C’est utile t’inquiète pas, et sache qu’on ne dépasse jamais les bornes sur un blog, c’est là pour ça ! 🙂

  4. #4 par Ly le mars 30, 2010 - 9:23

    Bien dit ! Liberté d’expression quand tu nous tiens…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :