Addiction aux plans foireux : pourquoi?

« Pourquoi toujours moi ? » Certaines filles se demandent (ou me demandent) régulièrement pourquoi elles se coltinent toujours les lourds, alors qu’elles font de leur mieux.

A quoi reconnaît-on un plan foireux ?

– Il pose aisément des lapins,

– Il pense peu à vous, ou seulement en cas d’ennui,

– Il ne se sent que très peu concerné par la relation,

– Il vous considère comme le complément de ses blancs d’emploi du temps,

– Il fait passer ses amis et connaissances en priorité (en fait vous êtes sa dernière priorité mais refusez d’y croire),

– Il peut aussi vous manquer de respect sans que ça ne le gène outre mesure ou n’en ressente le moindre remord,


– Il n’a toujours pas répondu à votre déclaration par autre chose que « Merci » ou un blanc gêné,

– Il multiplie les situations étranges doublées d’explications foireuses (Exemple : à une soirée avec d’autres nanas, son portable ne fonctionne pas toute la nuit…)

– Il ne parle jamais de vous à de tierces personnes. Sa famille soupçonne à peine votre existence…,

– Il donne l’impression de vous cacher, et vous ne pouvez pas venir à l’improviste chez lui,

Si à ce stade vous n’avez toujours pas réalisé que ce n’est pas le comportement d’un homme amoureux, c’est que vous préférez garder vos œillères et rester malheureuse !


Pourquoi semblez-vous multiplier ce genre de relation ?

Voici quelques éléments de réponse, établis arbitrairement à partir de mes observations et diverses lectures 🙂 .

1. Vous avez tellement envie de prendre soin d’un homme, que vous êtes inexorablement attirée par ceux qui ont le plus besoin qu’on s’occupe d’eux : les égoïstes, les paumés, les mecs à problèmes… Mais ces hommes-là n’ont déjà pas la force de s’occuper d’eux-même (ou dans le cas de l’égoïste adorent ne s’occuper que d’eux-même). Comment voulez-vous qu’ils s’occupent de vous à leur tour ?

Le piège : vous passez votre temps à vous ajuster aux besoins ou désirs de monsieur, qui n’a cure d’en faire de même pour vous.

2. Votre tendance à materner vous pousse vers des hommes immatures, car ils semblent plus fragiles. Pour vous la fragilité ou le tourment d’un homme sont surement des critères de charme. Ainsi, vous aurez le sentiment d’avoir un rôle important à jouer dans sa vie. Vous pensez qu’auprès de lui vous pourrez montrer toute la générosité et le dévouement dont vous pouvez faire preuve par amour. L’inconvénient c’est que ça restera à sens unique. A un moment on ne se nourrit plus que du plaisir de donner (même si ça serait l’idéal) : on réclame un minimum d’attention en retour, qui ne vient pas. Le respect de l’autre a été perdu par cette forme de « soumission » involontaire.

Le piège : cette immaturité vous amène à batailler pour obtenir de lui des choses toutes bêtes, vous revenez au niveau collège et semblez donc régresser intellectuellement.

3. Vous avez une conception de l’Amour qui rime avec la souffrance : « concessions », « sacrifices », « effort » sont des mots qui vous viennent facilement à l’esprit lorsqu’il s’agit du couple.  Bien entendu, pour qu’un couple soit durable il faut quelques efforts. Mais lorsque votre lot quotidien se résume principalement à ca, ce n’est pas de l’amour mais de la torture mentale ! L’amour pour moi rime surtout avec : joie, complicité, partage, affection, tendresse, attentions, etc…

Le piège : vous finissez par être dégoûtée de l’Amour et pensez que l’Amour heureux n’est qu’un mythe inaccessible. Vous êtes donc tentée de vous contenter de cette pseudo-relation.

4. Vous restez intimement persuadée que les « mecs supers » n’existent pas, ou seulement pour les autres filles. Évidemment en partant de ce postulat vous avez une très faible estime de vous-même que vous renvoyez inconsciemment à vos prétendants éventuels. D’autre part, vous rayez systématiquement les « bons plans » comme cibles potentielles, pour ne garder que les plans foireux (ceux qui sont trop désespérés pour ne pas vouloir de vous). Superbe…

Le piège : en vous forgeant cette image de vous-même, vous finissez par convaincre tout votre entourage et vos prétendants. Bravo ! Belle force de persuasion, mais cela vous dessert!

5. Vous êtes convaincue à tort que l’élément central d’un début de relation, c’est l’attirance physique ou les sensations fortes. Cela vous amène même à repousser certains prétendants très convenables pour un petit rien physique, parce que vous n’avez pas pu voir son potentiel ou ce qu’il peut devenir dans 3, 5 ou 10 ans ! Tout le monde change avec le temps, en particulier s’il est question de quelques grammes en trop, un teint fatigué ou un goût douteux pour les chemises. Ce ne sont pas des critères définitifs ! Le but n’est pas de faire une notation de look, mais de sentir si cette personne peut être votre moitié dans la vie.

Le piège : à trop faire la fine bouche, vous finissez toujours avec un boulet…

Bon alors ne soyez plus bonne poire, et trouvez-vous un mec, un vrai !

Ly

, , , , , , , , ,

  1. #1 par lily le septembre 9, 2010 - 6:42

    Ah oui d’accord… bon je vais me pendre et je reviens…
    en tout cas je comprends mieux. C’est dur de mettre ça juste après le coup de la jalousie… snif snif !

    • #2 par Ly le septembre 14, 2010 - 11:29

      Si j’ai pu t’éclairer j’en suis honorée !
      T’inquiète, on est presque toutes passées par là un jour je pense.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :