Savoir impulser sa réflexion sur le mariage

Voici le second billet de la série Mariage. Attention à tous les lire avant d’agir, car ils sont complémentaires !

Aujourd’hui j’aborde l’importance de savoir prendre les devants sur ce sujet et comment interpréter une réaction de « rejet ».

"Tiens voilà ma main."

Pourquoi c’est la femme qui doit donner l’impulsion en évoquant le sujet la première ?

Parce que celle qui tient vraiment à cette tradition, c’est surtout la femme ! Donc si cela vous tient à coeur pour X raisons (et en particulier j’espère pour la valeur de cet engagement !) il faut amener votre homme à y penser !

Je vais briser tous vos espoirs, mais un homme a besoin d’un coup de pouce pour faire sa déclaration : sinon vous êtes en train d’attendre dans le vide !

-> Le 1er chiffre clé: 2 couples mariés sur 3 admettent que c’est la femme qui a mis le sujet sur le tapis la première, sachant que 20% sur les 30 restant ne s’en « souviennent plus »: reste 10% sûr où c’est l’homme qui en a parlé le premier. Je clarifie : une femme qui souhaite se marier s’en donne les moyens et le fait savoir, les autres restent sur la touche et continuent de rêver.

-> Le 2e chiffre clé : 73% des femmes mariées ont insisté sur l’importance du mariage pour elles (pour que l’homme se bouge et qu’ils se marient enfin). Même si les hommes ont précisé que ça avait surtout accéléré le processus sans l’avoir pour autant provoqué : en clair, ils ont accepté de se bouger parce que de toute façon ils étaient déjà convaincus que c’était la femme de leur vie (évidemment). Sinon ça marche pas ! Un homme épouse une femme simplement pour faire son bonheur, parce qu’il l’aime.

La bonne technique pour amorcer la réflexion, en 5 points

1. Sans chercher à faire dans le trop subtil, les allusions foireuses ou l’humour : il faut être très claire, et montrer que vous parlez sérieusement.

2. Mais attention au ton : il faut être en condition de compréhension mutuelle, donc un dialogue où vous ouvrez votre cœur plus que vous ne guettez une réaction. Si c’est avec lui que vous voulez vous marier, vous saurez parler avec le cœur, non ? 🙂

3. Surtout, il est préférable d‘insister sur la valeur de cet engagement : une vie à deux qui prend forme, qui se construit à partir d’un mariage, une promesse de faire sa vie avec l’autre, une réaffirmation de ce couple devant la famille et les proches, une intention de fonder un foyer, etc…

4. Cette absence de statut clair vous plonge constamment dans le doute sur votre avenir en commun et vous empêche de faire des projets ensemble. Vous n’êtes pas une option, et à un moment de la relation il faut se décider : on concrétise pour passer aux étapes suivantes ou on cherche ailleurs ?

5. Enfin, ne lui mettez pas le couteau sous la gorge ! Le pauvre : déjà qu’il ne vous a pas vu venir avec cette discussion nouvelle (et qui fait peur !), si en plus vous le menacez de partir … ! Un homme « forcé » est un homme qui dira non. Il faut simplement montrer que pour le moment vous ouvrez la porte d’une réflexion et que vous teniez à ce qu’il pense bien à tout ça pour « plus tard », car c’est dans votre tête.

Le rejet masculin : pourquoi ?

C’est important de s’y préparer, pour que vous ne le preniez pas personnellement. La première fois qu’on parle du mariage sérieusement à un homme, il rejette cette idée comme si on lui parlait de la prison (2 hommes sur 3 en fait).

Il dit : « Surement pas !« , « Je n’ai jamais pensé à me marier ! » ou retourne la question d’un air anxieux « Pourquoi tu me parles de ça? » « T’es pas heureuse comme ça ?« .

Ce que l’on interprète à tort en pensant qu’il dit : « Non je ne veux pas me marier avec toi« , « Je ne t’aime pas » ou « Je ne me marierai jamais de la vie ! » etc… D’ailleurs c’est normal, car c’est l’impression que ça donne ! En vérité, ça n’a rien à voir. Cette réponse s’inscrit dans le présent : il n’est pas ok aujourd »hui, c’est sa réponse à chaud mais le sera peut être dans quelques temps.

Considérez plutôt cette  réponse comme un réflexe de défense: il sent qu’on lui demande quelque chose d’important et il n’est pas prêt. Même s’il leur arrive de penser au mariage (comme on l’a expliqué plus tôt), ils s’imaginent que c’est toujours lointain. Lorsque cette conversation arrive, quelque soit son âge ou la durée de la relation, il est pris au dépourvu.

Le rejet est en réalité une bonne nouvelle puisque cela signifie qu’il a la réaction classique de presque tous les hommes qui sont aujourd’hui mariés. Statistiquement, c’est l’une des meilleures réponses que vous pouvez obtenir de lui à ce stade des opérations. En moyenne ils mettent environ 6 mois au plus tôt après cette conversation, pour faire leur demande en mariage. (Il réfléchi pendant les premiers mois et se décide à passer à l’action ensuite, si vous n’avez pas lâché l’affaire et que matériellement il se sent prêt à construire un foyer).

La plupart du temps il se considèrera comme « pas encore prêt ». Normal : c’est la première fois que vous en parlez et ça marquera en fait le début de sa réflexion (de l’utilité de ne pas attendre le dernier moment).

Il n’est pas prêt ?

S’il dit qu’il ne se sent pas prêt, sans trop développer, c’est très important de ne pas sombrer dans la déception ou la colère. Demandez-lui surtout pourquoi ! C’est là que vous comprenez où il veut en venir. En général, vous découvrez tout bonnement qu’ils pensent à des raisons pratiques ou matérielles alors qu’on interprète un manque d’amour (une fois de plus, nous ne pensons jamais pareillement hommes et femmes…).

Exemples : « Je préfère attendre ma promotion/mon changement de poste/ qu’on s’installe ensemble/ qu’on achète la voiture » ou que sais-je de si important pour lui… Un truc important est prévu et il estime qu’il faut pas tout bousculer : il a une préférence dans l’ordre des évènements et le mariage arrive ensuite. En gros il n’est pas prêt maintenant, mais le sera juste après la résolution de cette condition.

A savoir : un homme réfléchit d’abord au côté matériel de l’engagement et au fait qu’il devra subvenir aux besoins d’une femme, peut être même d’une famille. Cette conviction est encore très forte malgré le fait que la femme d’aujourd’hui travaille plus, gagne aussi sa vie et qu’il y a une meilleure équité dans l’apport financier au foyer. Malgré tout, l’homme continue de penser qu’il sera le chef de famille sur qui tout repose : l’enjeu est important et il ne prendra donc pas de décisions à la légère.

A très vite pour le prochain billet !

Ly

, , , , , , , ,

  1. #1 par Titi le juillet 16, 2010 - 9:13

    Il manque la technique pour s’échapper du mariage lol !

    • #2 par Ly le juillet 18, 2010 - 8:40

      Déjà besoin de ce billet ? Titi enfin, t’es à peine marié ! 😀 Je te souhaite une superbe vie de petit mari 🙂

  1. Les hommes qui ne se marient jamais « Piment Sucré

Répondre à Titi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :